Témoin d’une fraude : Fermer les yeux ou dénoncer un client ?

En entrant dans la vie financière de leurs clients, les conseillers peuvent être témoin d’actes illégaux. Coincé entre la vente et l’éthique, le conseiller doit peser sa réaction. Fermer les yeux, dénoncer le client, parler avec lui ?

1. Évaluer la sévérité des actes
« Dénoncer n’est jamais la première solution », soutient René Villemure, éthicien et fondateur de l’Institut québécois d’éthique appliquée. Le conseiller devrait d’abord mesurer la gravité des faits qu’il a sous les yeux, affirment en choeur les deux experts. Le client demande-t-il des frais de représentation trop élevés, ou tire-t-il ses revenus d’un trafic de drogue ?

Dans ces deux situations, la réaction du conseiller devrait être différente, croient-ils. « Si le client place de l’argent gagné dans du vol et de la fraude, en tant que conseiller financier, je me retirerais immédiatement », assure le conférencier et formateur en vente Roger St-Hilaire.

La suite sur Conseiller.ca

Partagez avec votre réseau!

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)