Une info à partager?

Vous souhaitez me transmettre une information d’intérêt public?
Écrivez-moi à didier chez didierbert.com

Si vous devez protéger votre anonymat, écrivez-moi à bert.didier chez protonmail.com
Je vous répondrai en ouvrant une conversation chiffrée.

Attention: aucun service de chiffrement ne garantit zéro risque.

Ma seule garantie est de traiter votre information avec indépendance.

Dans les mines, l’heure est aux supercamions autonomes et à la haute technologie

Comme d’autres industries, le secteur minier s’intéresse aux toutes dernières technologies pour améliorer ses performances. Les véhicules autonomes et les systèmes de communication avancée offrent de nouvelles perspectives aux sociétés minières établies au Québec. Et les gains peuvent être bien supérieurs à la simple hausse de productivité d’un équipement.

Des supercamions autonomes

De retour d’un voyage exploratoire en Australie, Robert Marquis dit avoir été « secoué » par ce qu’il y a vu.

Le président de l’Institut national des mines (INM) était à bord d’un pick-up quand un camion autonome chargé de 150 tonnes s’est présenté devant lui.

« Sans intervention humaine, le camion a ralenti, nous a contournés et a repris sa route », explique M. Marquis. Dans cette mine de Northparkes située à l’ouest de Sydney, de tels camions autonomes circulent dans ce site long de 40 kilomètres.

Et deux opérateurs supervisent un parc de 18 camions, précise M. Marquis.

Lire la suite de cet article »

L’affaire Chabert

Gilles Chabert, le Monsieur Montagne de Laurent Wauquiez à l’exécutif de la région Auvergne-Rhône-Alpes (France), est soupçonné de prises illégales d’intérêts. Parmi ses multiples casquettes, le président de la commission montagne était également administrateur de la Compagnie des Alpes, à laquelle la Région avait accordé des financements. Depuis les révélations d’Acteurs de l’économie – La Tribune, Gilles Chabert a démissionné de son poste à la CDA. Mais des élus de l’opposition demandent également son retrait de la vice-présidence de la Région.

La suite sur le site d’Acteurs de l’économie-La Tribune

Démarrer une entreprise mirage en dix leçons

Éric Weynant, un homme d’affaires qui a étudié les sciences physiques, a convaincu plus d’une centaine de particuliers, plutôt fortunés, d’investir dans PhasOptx (prononcez PhazOptics), la prétendue entreprise de haute technologie qu’il dirige.

D’après les documents que nous avons obtenus, ce sont 50 millions de dollars qui avaient déjà été récoltés à la fin de l’année 2008, auprès de 150 investisseurs.

Les actions de l’entreprise ont été vendues de manière illicite, croit l’Autorité des marchés financiers, qui poursuit l’entrepreneur devant la Cour du Québec pour placements illégaux.


Lire la suite de cet article »

La médecine amère de Jacques-André Thibault

Plusieurs médecins figurent parmi les anciens clients de Jacques-André Thibault. Nous en avons rencontré deux, qui reconnaissent avoir négligé leurs finances personnelles après les avoir confiées aveuglément à leur représentant Jacques-André Thibault.

Yoland Girouard fait partie des trois investisseurs cités dans la plainte de la syndique de la Chambre de la sécurité financière (CSF) contre Jacques-André Thibault. Anesthésiste en Estrie, il dit avoir souscrit un contrat d’assurance vie alors que sa situation financière n’en nécessitait pas. « Je n’avais pas besoin d’assurance vie, affirme-t-il aujourd’hui. M. Thibault me l’a vendue comme un produit de placement fantastique. »

Sur les conseils de ce dernier, M. Girouard décide d’hypothéquer sa maison pour s’en « servir comme levier » pour ses placements. « Le lendemain-même, j’avais rendez-vous à la banque, raconte-t-il. Tout était arrangé. Le gérant m’a reçu à bras ouverts. Quand je me suis plaint, il ne travaillait plus là. »

Le client finit par s’apercevoir que les rendements ne sont pas suffisants pour payer les primes de sa police d’assurance vie. « C’est quand j’ai réalisé toute l’ampleur du problème que j’ai commencé à regarder mes affaires. »


Lire la suite de cet article »

Le Nord sur la glace

Ne parlez plus du Plan Nord. Désormais l’appellation officielle est «le Nord pour tous». Pour le reste, sept mois après le changement de gouvernement à Québec, les entreprises minières attendent de connaître les nouvelles conditions d’exploitation des ressources naturelles.
Elles savent que des réflexions sont menées quant au niveau des redevances, au régime des droits miniers et au mode de financement des infrastructures. Mais pour l’heure, elles n’ont qu’une certitude: le changement d’appellation.
Et les firmes du secteur s’inquiètent du manque de visibilité qui, disent-elles, pénalise le financement de leurs projets.

Qu’est-ce que cette union change au mandat d’Aéro Montréal?

Notre mission a toujours été le développement de la compétitivité de l’industrie aérospatiale montréalaise. La question qui nous anime est: comment faire pour être encore compétitif dans 10 ans? De son côté, l’AQA se préoccupait avant tout du développement des affaires de ses membres, essentiellement des PME. Nous n’avons pas défait notre modèle de grappe industrielle, mais nous avons intégré ces préoccupations à nos travaux.


Lire la suite de cet article »

Les PME se joignent à la table d’Aéro Montréal

Le mariage entre l’Association québécoise de l’aérospatiale (AQA) et Aéro Montréal sera célébré le 1er octobre. À cette date, le regroupement de PME sera intégré à la grappe aéronautique montréalaise.
Première conséquence: Aéro Montréal lance de nouvelles initiatives pour favoriser le développement des affaires des PME. Suzanne Benoît, PDG d’Aéro Montréal, nous explique les évolutions issues de la fusion.

Qu’est-ce que cette union change au mandat d’Aéro Montréal?

Notre mission a toujours été le développement de la compétitivité de l’industrie aérospatiale montréalaise. La question qui nous anime est: comment faire pour être encore compétitif dans 10 ans? De son côté, l’AQA se préoccupait avant tout du développement des affaires de ses membres, essentiellement des PME. Nous n’avons pas défait notre modèle de grappe industrielle, mais nous avons intégré ces préoccupations à nos travaux.


Lire la suite de cet article »

Daniel Audet (1961-2012): au service d’un Québec souverain et prospère

Daniel Audet était écouté des personnalités politiques et des décideurs économiques de tous partis. Ce conseiller aussi brillant qu’attachant s’est éteint le 18 juin à l’âge de 51 ans, après une lutte de cinq années contre la maladie.

«C’était un homme d’une profondeur intellectuelle remarquable, qui savait aussi être pragmatique», résume Bernard Landry, qui l’a recruté comme chef de cabinet quand il est devenu vice-premier ministre en 1994.

En 2000, Bernard Landry nomme Daniel Audet au poste de délégué général du Québec à Londres. Le jeune homme y développe des contacts tous azimuts. «Je ne l’ai jamais vu se quereller avec quiconque. Tout le monde l’aimait et il aimait tout le monde.»


Lire la suite de cet article »

Assunta Forgione, directrice de succursale bancaire

Assunta Forgione est directrice d’une succursale de la Banque TD à Kirkland. Elle a commencé son ascension professionnelle comme caissière à temps partiel durant ses études.

C’est dans une autre institution financière qu’Assunta Forgione a fait son premier pas dans le secteur bancaire ,en 1990. «Je suis entrée comme caissière, et j’ai gravi les échelons», explique celle qui suivait alors les cours du baccalauréat en comptabilité de l’Université Concordia. Assunta Forgione conciliait ses études et son travail à temps partiel.


Lire la suite de cet article »

Une collaboration venue de Sibérie

C’est à 3000 kilomètres à l’est de Moscou que Biothermica s’est ouvert le marché américain des crédits de carbone.

La firme québécoise voulait proposer son savoir-faire aux propriétaires de mine de charbon, pour éliminer leurs rejets de méthane dans l’atmosphère et gagner des crédits de carbone.


Lire la suite de cet article »